Ico, une grammaire générative        [2015]

Ico est une tentative de créer un langage formel, dans le sens que lui donne Chomsky. Le protocole se décompose en deux étapes. La première consiste à créer un vocabulaire. La seconde s’attelle à inventer une syntaxe de façon à articuler les mots créés préalablement les uns avec les autres.

Échantillon de possibilités offertes par l'algorithme de génération du vocabulaire

La création du vocabulaire repose sur des agencements de longueurs différentes d’un même signe : un icosaèdre. Pour former un mot de trois signes, l’algorithme choisit une face sur le premier icosaèdre puis emploie cette face en tant que plan de symétrie pour dupliquer en miroir ce même icosaèdre, afin d’obtenir le deuxième signe du mot. Ensuite l’algorithme choisit sur le second icosaèdre une face pour à nouveau le dupliquer en miroir afin d’obtenir le troisième icosaèdre. Les faces des icosaèdres sont numérotées de 1 à 20 en suivant un parcours en spirale prenant pour point de départ la face la plus haute des solides.La sélection des faces se fait par le choix d’un pas arbitraire. En choisissant un pas de 1, le premier plan de symétrie correspond à la face 1 du premier icosaèdre, le second à la face 2 du second icosaèdre et ainsi de suite. En revanche, un pas de 3 implique que le premier plan de symétrie correspond à la face 3 et le second à la face 6. Ainsi, la formation d’un mot est déterminée par sa longueur (c’est à dire son nombre de lettres) et par un second paramètre : le pas.La syntaxe que nous tentons d’élaborer réside dans un système d’attraction et de répulsion entre certains signes choisis arbitrairement de chaque mot. De ce fait, nous décidons que certains signes s’attirent les uns vers les autres tandis que d’autres se repoussent. La position respective des pôles d’attraction et de répulsion induit des translations et des rotations des mots obtenus. Cette syntaxe permet donc d’obtenir des phrases différentes à partir de mots identiques si leurs points de départ et leur orientation dans l’espace est différente.Ce travail a été amorcé en 2015 en binôme avec Guillaume Rousseau, lors d’un atelier autour de l’impression 3D. J’ai ensuite décidé de poursuivre une recherche sur les algorithmes itératifs et les méthodes combinatoires.  Il s’agit de créer de la complexité à partir d’un signe unique,  à l’aide de la répétitivité d’une suite d’opération ainsi que des possibilités qu’offrent les mathématiques combinatoires.Associé à un algorithme évolutionnaire, Ico pourrait permettre de créer des structures étranges et pouvant supporter du poids. Le point départ de ce travail est l’idée du langage formel, tel qu’on le retrouve dans le Yi King (un langage binaire, qui offre 64 possibilités) ou dans un langage plus complexe : celui de l’ADN. Il s’agit d’inventer un code qui permette à des formes de muter, de changer, d’évoluer. 

© tristan soreau, 2015 |

soreau.tristan@gmail.com |

+33(0)6 85 85 55 45